Bilan : Octobre 2016

bilan-octobre

Joyeux Halloween, Fête des morts et Samhain pour tous ceux qui célèbrent les monstres, la mémoire de leurs proches et le nouveau cycle celtique des saisons !

J’espère que vous avez pu profiter du mois d’Octobre et de ses quelques mémorables week-ends radieux ! Même si les journées se raccourcissent et que le moral n’est pas toujours à la fête, les dimanches ensoleillés d’automne sont parfaits pour aller profiter des forêts, cueillir des champignons, ramasser des châtaignes… Avec ma famille, nous avons même été jusqu’en Bourgogne pour visiter le chantier de Guédelon avant qu’il ferme pour l’hiver ! Si vous ne connaissez pas, ce projet de chantier médiéval mené par une association et animé par des artisans passionnés vaut le détour. Le cadre est superbe, et le château a pris forme ces dernières années (même s’il est loin d’être terminé). A deux heures de route de Paris et avec un prix d’entrée d’une dizaine d’euros, c’est un très bon endroit pour les sorties familiales.

Trêve de bavardages. Qu’avez-vous lu, vu au cours de ce mois d’Octobre ? Pour ma part, peu de lectures mais beaucoup de séries entre lesquelles je navigue et quelques sorties cinéma bien sympathiques…


Côté lectures …

lectures-octobre

Comme je vous l’avais dit, le bilan est plutôt succint, avec de bonnes et de mauvaises surprises.

J’ai terminé Blue de Kazue Chiba et même au bout de seulement huit tomes, il était plus que temps que ça se finisse. J’espérais un retournement de situation final qui marquerait une maturation de l’héroïne (ou, disons-le, une émancipation) mais non, la série s’achève sur le même ton que celui du début. Déception, déception…

Je ne m’étendrai pas davantage sur Conversion de Katherine Howe, qui est passionnant dans le fond, mais laborieux dans la forme. Le dernier tiers rattrape très bien les deux premiers, mais aurais-je été jusqu’au bout si je n’avais pas été contrainte de le terminer pour un travail de recherche ? Rien n’est moins sûr. Pourtant, la démarche, le raisonnement dénotent un parti-pris intéressant sur les mécanismes de l’hystérie collective, la fin est surprenante avec une touche de doute bien dosée mais… Voilà. Ennuyeux jusqu’à plus de la moitié alors qu’il se vend comme un thriller, c’est vraiment dommage.

Heureusement, Six of Crows a relevé le niveau ! Le premier tome de la saga de Leigh Bardugo est prenant, palpitant, drôle et surprenant. Un joli cocktail de personnages et une intrigue bien menée qui amorcent une série prometteuse !

Petite déception avec Sorcière malgré elle de Méropée Malo. Malgré quelques bonnes idées, j’ai trouvé le début plat et prévisible, pas toujours bien écrit et pas toujours cohérent. Le personnage principal ne m’a pas toujours convaincue… passé la moitié, les engrenages se mettent enfin à tourner et ça décolle un peu mais toujours sans grande montée en puissance. Bref, ça se laisse lire, mais c’est loin d’être passionnant.

Après cette lecture fade, quel plaisir de retrouver la plume piquante et l’humour « so british » de Gail Carriger dans Etiquette & Espionnage ! J’avais lu Sans Âme il y a quelques temps, et j’ai beaucoup aimé retrouver le même univers mais dans une configuration différente. Sophronia et Alexia ont beaucoup de points communs, mais cette histoire farfelue d’école d’espionnage pour jeune fille du monde est inattendue et drôle, pétillante, le tout sur un fond d’intrigue qui tient la route. J’espère que le deuxième tome se mettra plus rapidement en route mais que Sophronia gardera sa délicieuse impertinence…


Côté films…

films octobre.jpg

Quatre films au mois d’Octobre, et pas des moindres…

J’ai adoré Miss Peregrine et les Enfants particuliers. Moi qui n’ai pas lu le roman, j’ai beaucoup aimé découvrir l’univers que Tim Burton restitue dans toute son étrangeté féérique. Le design des personnages, les décors, les acteurs, tout est au service de l’intrigue qui emprunte avec beaucoup de conviction au fantastique, à l’horreur, à la science-fiction. On appréciera les scènes où Tim Burton s’est fait plaisir en ajoutant quelques détails sanglants et des touches de cet humour noir dont lui seul a le secret. On peut dire qu’il a bien choisi son sujet, et pour ma part, ça m’a donné très envie de découvrir le livre.

Pas grand chose à dire sur le remake des Sept Mercenaires, sinon qu’il vaut mieux oublier son cerveau à l’entrée de la salle. On est clairement là pour le décor, les scènes à tirs nourris et les punchlines, sinon, mieux vaut passer son chemin ! Seule la scène de la confrontation entre le héros et le mégaméchant m’a parue vraiment prenante. Pour le reste, tout parti-pris scénaristique et esthétique s’efface complètement devant les codes du film d’action hollywoodien à gros budget. Je ne me suis pas ennuyée mais heureusement que je savais à quoi m’attendre.

En revanche, délicieuse surprise que Cigognes et compagnie, délirant à souhait et en même temps touchant. Seule la fin m’a fait un peu grincer des dents (le jour où les femmes dirigeront des multinationales n’est pas encore arrivé…) et un petit passage sur l’instinct maternel m’a interloqué, mais le message est plutôt positif, et le film est bien moins sexiste que ce à quoi on pourrait s’attendre pour un dessin animé qui parle de la famille et des parents. Les dialogues sont très drôles, le rythme est effréné, certaines scènes sont complètement WTF pour notre plus grand plaisir.

Pour ce qui est des Trolls, de Dreamworks, un petit conseil : allez le voir en VO. J’ai entendu dire que certaines chansons ont été traduites en français et rien que pour ça, sérieusement NON. On ne traduit pas des reprises… Et puis la voix nasillarde d’Anna Kendrick colle parfaitement au personnage survolté de Poppy ! On voit très bien la patte des créateurs de Shrek, et l’originalité du film tient plus à ses décors et son charadesign qu’à son intrigue elle-même… Même si quelques scènes sont hilarantes. Si vous ne craignez pas l’overdose d’arcs-en-ciel, de pop, de rose, de bons sentiments et de paillettes, allez-y !


Côté séries

series-octobre

J’ai commencé Westworld, et waow, c’est vraiment très réussi ! L’ambiance, les acteurs, les décors, les dialogues, tout est fouillé, cohérent, inquiétant et contribue à créer une atmosphère particulière complètement original. C’est à la fois un mélange entre Matrix, Real Humans, Dollhouse et Appaloosa, et en même temps ça ne ressemble à rien d’autre. Le casting est vraiment exceptionnel (Ed Harris et Anthony Hopkins cassent la baraque), le propos est passionnant. Le seul reproche qu’on peut faire à cette série c’est que les trois premiers épisodes sont clairement des épisodes d’exposition qui ne font qu’amorcer les intrigues, mais tout s’accélère et les dominos commencent à tomber dès la fin du troisième épisode…

Le même genre de reproches peut être fait à Luke Cage. J’ai beaucoup aimé l’attention portée à l’installation de l’atmosphère, aux détails, à l’exploration de la mythologie de Harlem mais il est vrai que ça a aussi pour effet de ralentir beaucoup les premiers épisodes. L’intrigue finit bien entendu par basculer, et là encore on sent le talent des créateurs de Jessica Jones et de Daredevil qui veulent à la fois mettre en lien les Defenders tout en laissant la possibilité à chaque personnage de s’incarner dans un univers qui lui est propre. Malgré ses problèmes de rythme, la série de Luke Cage est réalisée avec beaucoup de finesse et beaucoup de style : rien que pour ça, ça vaut le détour.

Vous aviez remarqué que j’étais une mordue de séries policières de tout acabit ? Si non, je vous l’annonce, et dans le même temps je vous fait part de ma joie sans bornes maintenant que la saison 7 de Profilage est en cours de diffusion. Malgré une première saison déroutante (passer de l’américain au français ça pose toujours quelques soucis), j’ai senti que la série a du potentiel et six ans plus tard, on peut dire que je ne suis pas déçue. Plus la série continue, meilleure elle devient, et même si on regrette le départ d’Odile Vuillemin (l’actrice qui incarnait le personnage principal), la jeune femme qui prend sa suite a également beaucoup de choses à apporter au scénario… Un bonheur !

J’essaie également de suivre Lucifer, même si je ne peux pas vous cacher que les trois précédentes lui font de l’ombre ces derniers temps.

En attendant la sortie des épisodes (parce qu’il faut bien prendre son mal en patience quand on regarde une série l’année de sa sortie), je continue NCIS et je me suis également mise à The Musketeers. Cette série de la BBC est, je suis désolée de le dire, vraiment pas bonne, à la fois du point de vue du scénario que du jeu des acteurs et de la crédibilité historique (comme Alexandre Dumas, aucun respect pour la vérité). On est donc loin de l’authenticité de Nicholas Le Floch (que j’adore, soit dit en passant), de la magie un peu naïve mais rafraîchissante de Merlin (même production). Mais bon, ça correspond parfaitement à ce qu’il me fallait pour pouvoir faire autre chose en même temps sans craindre de manquer quelque chose du scénario !

Pas de playlist ce mois-ci, j’en suis désolée mais je n’ai pas été beaucoup branchée à mes écouteurs ces derniers temps… Ce n’est que partie remise, je vous en promets une bien remplie pour le mois de Novembre !

Et vous, votre mois d’Octobre, c’était comment ?

Publicités

13 réflexions sur “Bilan : Octobre 2016

  1. Un mois bien plus productif que le mien ! 😀
    Alors du coup j’ai bien envie de me procurer Etiquettes & Espionnage, je suis assez friande de l’humour anglais…
    Pour le cinéma, Miss Peregrine me fait vraiment envie, notamment parce que je n’ai encore jamais rien vu de Tim Burton, mais me plonger dans un univers que je ne connais pas (les livres ou les films d’ailleurs) nécessite de ma part une certaine dose de temps et de concentration, que je n’ai pas forcément en ce moment… Du coup moi je suis allée voir Bridget Jones, feel good forever.
    Quant aux séries je n’ai qu’une chose à dire : vive NCIS ! (et Castle). Tu sais que même si je n’arrive pas toujours à regarder les épisodes, rien ne me fera décrocher définitivement de ces deux-là 🙂
    A très vite, des bisous !

    J'aime

    • Haha je suis d’accord avec toi, vive Castle ! J’étais triste quand ils ont annoncé l’arrêt de la série, mais mieux valait ça qu’une saison sans Stana Katic…
      Miss Peregrine peut être pas mal pour aborder l’univers de Tim Burton, car on sent sa patte quand on le connaît, mais on est loin de ses bizarreries habituelles… Et puis le film vaut le coup, il est prenant, drôle, effrayant, tout ça à la fois 😉

      J'aime

      • Je ne savais pas que la série allait s’arrêter et que Stana Katic allait disparaître 😥 Du coup j’ai regardé les résumés de la dernière saison…
        On verra alors, il y a tellement de choses à voir et à lire, c’est trop compliqué ! 😀

        J'aime

  2. Joli mois d’octobre ! Six of Crows me tente depuis sa sortie, je n’entends que de bonnes critiques !
    Quant aux films, j’avoue que j’ai été un peu déçue par Miss Pérégrine (j’ai lu le premier tome), mais je comprends que ceux qui ne l’ont pas lu puissent apprécier !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s