Top Ten Tuesday : 10 albums pour adoucir l’hiver

icône top ten tuesday

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.

Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog d’Iani.

Pour cette semaine, je m’autorise un petit top personnel et musical, pour changer un peu des livres. Maintenant que l’hiver est bien avancé et qu’on approche de Noël dangereusement (plus qu’un jour à attendre !), il est plus que temps de vous proposer non pas des chansons de Noël (pour ça il vous suffit de vous rendre dans le centre commercial le plus proche), mais des albums qui se prêtent très bien à l’hiver : ambiances douces, atmosphères intimes et tendres idéales pour les week-ends coocooning, histoire de faire face avec calme au mauvais temps…

+ / Ed Sheeran (2011)

Accompagné de sa guitare acoustique, le rouquin qui s’est fait connaître grâce à son titre « I see fire » nous plonge dans une douce nostalgie avec la simplicité de son univers et la chaleur de sa voix.

Faces / Irma (2014)

Dans cet album, Irma explore la ville, découvre ses lumières et chante une promenade urbaine avec sa voix ronde… Un album fait d’images.

Childhood home / Ben & Ellen Harper (2014)

L’album parfait pour les fêtes familiales comme Noël. Ben Harper chante avec sa mère ses souvenirs d’enfance et signe un album feutré et intimiste.

An acoustic night at the theater / Within Temptation (2009)

Le groupe de rock symphonique adoucit ses titres emblématiques le temps d’une soirée. Laissez-vous porter par la voix enchanteresse de Sharon den Adel… (par contre, pas d’extrait vidéo officiel de dispo sur la chaîne du groupe, aussi vous ai-je simplement mis la bande-annonce de cet album qui vous donnera un petit aperçu de l’ambiance).

Down the way / Angus et Julia Stone (2010)

Est-ce qu’on présente toujours ce duo australien qui a déjà fait le tour du monde avec « Big Jet Plane » ? Pas sûre que ça soit nécessaire…

The ladder / Andrew Belle (2011)

On ne connaît de lui souvent que sa déclaration d’amour torturée de « In my veins ». Artiste pop à la voix douce, ce petit blond et ses chansons romantiques sont un fond sonore idéal pour les après-midi pluvieuses et/ou neigeuses.

Far / Regina Spektor (2009)

Une chanteuse et musicienne russo-américaine très créative et qui a su se construire une identité musicale originale. Elle n’est jamais à court d’idées pour faire varier la façon dont sa voix se mêle au son de son piano.

Let go / Revolver (2011)

Les petits français qui sont remontés de loin grâce à leur single « Get around town ». Forts d’un style musical bien à eux, ce second album fait suite de façon presque logique au premier, Birds in Dm. A savoir : les chansons de Let Go ont servi à construire la bande originale du film Comme des frères de Hugo Gélin dont je vous avais déjà parlé, que j’avais tant aimé…

Zero killed / Hugh Coltman (2012)

Coloré, mais tendre, cet album véhicule une énergie subtile qui fait rêver à sa façon. Une douceur à savourer pendant qu’on emballe ses cadeaux.

Is there anybody out there ? / A great big world (2014)

Un album beaucoup plus extraverti que les précédents de ce top 10, pour refaire le plein de dynamisme avant d’attaquer l’année 2015 !

Publicités

TTT, le retour : 10 albums qu’on connaît par coeur

« Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. 

Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog d’Iani. « 

 icône top ten tuesday

Maintenant que je suis un peu plus posée et que j’ai pas mal d’idées pour l’avenir de ce blog, j’ai bien envie de refaire des Top Ten Tuesdays ! J’avais commencé à les faire l’année dernière, avant d’abandonner, d’une part parce que j’ai bien du mal à me tenir à la régularité d’un article tous les mardis, et d’autre part parce que… Les thèmes m’inspiraient plus ou moins selon les semaines.

Mon idée, c’est de continuer à vous proposer des Top Ten Tuedsays, en reprenant les thèmes proposés par Iani sur son blog quand ils m’inspirent, mais en vous proposant mes propres thèmes quand j’en ai en tête ! Ca me permettra de vous parler de livres, mais aussi de films, de séries, de musique… quand l’envie m’en prendra.

Et d’ailleurs, je vais commencer tout de suite en vous proposant un thème musical qui me trotte dans la tête depuis un petit moment :

Le top 10 des albums que je connais par coeur

1. Hopes and fears — Keane (2004)

https://i1.wp.com/media-cache-ec0.pinimg.com/originals/0b/fb/b6/0bfbb682fba4ff3f1e1e77d00563b5ae.jpg

 Le premier et  à ce jour le meilleur album de Keane. Un de mes albums préférés toutes catégories confondues. Très simple instrumentalement, mais plein de nuances et d’univers subtils, le tout avec de beaux textes. Je me l’écoute régulièrement encore aujourd’hui, et Somewhere only we know fait partie des chansons les plus fréquemment écoutées de mon iPod !

2. Songs about Jane — Maroon 5 (2002)

https://i2.wp.com/media-cache-ak0.pinimg.com/originals/e8/64/2f/e8642f4a4184fb940c097293f35c42ac.jpg

De même, le premier et à ce jour le meilleur album de Maroon 5. C’est un album qu’on a beaucoup apprécié en famille chez moi, notamment dans la voiture en partant en vacances, quand il fallait trouver un album qui plaise à tout le monde… Je me souviens avoir lu et relu le livret des paroles, d’où le fait que je connaisse par coeur la majorité des chansons encore aujourd’hui.

3. Fallen — Evanescence (2003)

https://i0.wp.com/media-cache-ak0.pinimg.com/originals/e9/fe/97/e9fe9765ad3a08f11adcc3ec7d4e2c6e.jpg

 Sans conteste l’album que j’ai le plus écouté pendant mes années collège. Et une voix comme celle d’Amy Lee, ça laisse de sacrées traces… Il se trouve d’ailleurs que j’ai perdu le CD depuis, sans avoir eu le temps de le transférer sur mon mp3 ! Il serait grand temps que j’y remédie. Bien sûr, c’est un style qu’on aime plus ou moins (et plutôt plus quand on a treize ans, je l’avoue) mais il y a quand même là-dessus des chansons cultissimes (Bring me to life et My immortal pour ne pas les citer).

Bref, je peux dire sans me tromper que cet album, c’est toute ma jeunesse, d’où sa position dans ce top 10.

4. Let go — Revolver (2012)

https://i0.wp.com/media-cache-ec0.pinimg.com/originals/24/fe/07/24fe0702f43bd944e4f375803e9df8c5.jpg

 On a fait un petit bond en avant dans le temps pour que je puisse vous parler d’un autre de mes incontournables. Let Go est le second album de Revolver, et c’est un régal du début à la fin. Je venais juste de découvrir le groupe autrement que par sa chanson phare (Get around town pour les incultes !)  quand nous avions reçu celui-ci à mon ancienne médiathèque. Résultat : je l’ai écouté tous les jours pendant bien un mois :’) bon, évidemment, à un moment il a fallu (littéralement) changer de disque dans la platine, mais en attendant, rien ne me motivait plus le matin pour ranger l’espace image et son que de le mettre à fond dans la section !

5. Be not nobody — Vanessa Carlton (2002)

https://i2.wp.com/media-cache-ec0.pinimg.com/originals/76/70/dd/7670ddfd825ee43a8d90a58be98a6f13.jpg

 Un classique que j’ai beaucoup entendu sans vraiment l’écouter dans mes années collège et que j’ai redécouvert il y a deux ans en fouillant dans ma vieille collection de CD. J’adore me repasser l’album de temps en temps, rien que pour profiter de l’ambiance très épurée de toutes ces chansons au piano, et je l’ai appris avec le temps, à force d’écouter et d’essayer d’imiter la très jolie voix de Vanessa Carlton.

6. Living Things — Linkin Park (2012)

https://i1.wp.com/media-cache-ec0.pinimg.com/originals/cb/e2/ec/cbe2ecb14f153142a55f3235949356f1.jpg

 Eh oui, vous ne rêvez pas, c’est bien le dernier album de Linkin Park, celui qui a beaucoup déçu la plupart des fans les plus assidus du groupe… Je l’ai adoré 🙂

En fait, j’aime beaucoup Linkin Park en général, mais j’ai écouté beaucoup de leurs chansons sans vraiment prendre le temps de les écouter album par album… Sauf pour celui-là ! De nouveau, c’est surtout dû au fait que j’ai eu l’occasion de mettre tout de suite la main sur le CD à la médiathèque où je travaillais dès son arrivée dans les bacs. Mes collègues pensaient être tranquilles une fois passée ma période « Revolver » ? Eh bien non… :’)

7. Ceremonials — Florence and the Machine (2011)

https://i1.wp.com/media-cache-ec0.pinimg.com/originals/9c/91/53/9c915336cf4c1c300973b1ab8c3c550e.jpg

 Un groupe découvert il y a deux ans par hasard (une de leurs chansons passée en arrière-plan dans un épisode de Nikita qui m’avait donné la chair de poule…) et que je ne quitte plus depuis. J’ai tout de suite adoré la voix de la chanteuse et leur style très coloré dans des sonorités à la fois très profondes et très électriques… Bref, j’ai adopté tout de suite, et j’écoute régulièrement en boucle cet excellent album (que je me suis empressée de faire acheter à la médiathèque où je travaillais quand je me suis rendue compte qu’ils ne l’avaient pas…).

8. The Dance — Fleetwood Mac (1997)

https://i1.wp.com/media-cache-ec0.pinimg.com/originals/db/c8/b8/dbc8b883f85c97ca17794d195581ef71.jpg

Le CD est sorti en 1997, mais je ne l’ai découvert qu’il y a deux ou trois ans ! Une référence de mon père, et au détour d’un voyage en voiture… « Ah mais c’est ça Fleetwood Mac ? Mais c’est trop bien ! » Il se trouve également que The Dance est un live enregistré, or c’est très rare que j’apprécie d’écouter de bout en bout un CD d’un live ! La seule exception à ce moment-là, c’était le live de Mylo Xyloto (Coldplay pour les incultes). Et bah… Comme quoi, une belle découverte peut chambouler vos habitudes ! J’ai passé l’album en boucle chez moi pendant quelques semaines après ça, et il fait partie de mes références atemporelles depuis.

9. Try this — P!nk (2003)

https://i0.wp.com/media-cache-ec0.pinimg.com/originals/31/e9/92/31e992654a5a076edaff2302d8711f2e.jpg

 J’ai été assez surprise quand je me suis rendue compte que l’album datait seulement de 2003 car la période vers laquelle je l’ai beaucoup, beaucoup, beaucoup écouté date plutôt de 2006. Il faisait également partie de ces albums qu’on écoute en famille… Je connaissais assez mal P!nk à l’époque, et cet album était ma référence absolue après son tout premier album.

Je me suis sentie obligée de le mettre là parce que j’adore P!nk et que c’est cet album (que je réécoutais régulièrement jusqu’à la sortie de The truth about love l’année dernière) qui m’a poussé à m’intéresser à une chanteuse que j’adore.

Par contre, il a été détrôné par le tout dernier… Que je ne connais pas encore par coeur malgré tous mes efforts.

10. Night visions — Imagine Dragons (2012)

https://i0.wp.com/media-cache-ec0.pinimg.com/originals/90/0c/60/900c60bf491127d9bc3309fb6cde2f93.jpg

 Voilà, le dixième album de cette liste (après moult réflexions, c’était difficile de choisir…). Un jour, un ami m’a dit « Ecoute ça, tu vas kiffer ».  Et il avait raison ! Il y a beaucoup, beaucoup de choses dans cet album… Chaque chanson a son univers, et pendant quelques semaines, il a été mon album « motivation pour aller en cours le matin ». Il fait également partie des albums que j’ai tendance à mettre à fond pour me remotiver quand j’ai un coup de mou. (et juste quand j’écris ça, mon iPod me passe une de leurs chansons alors qu’il est en mode aléatoire… C’est pas beau, la vie ?)

Voilà, mon top 10 des albums que je connais par coeur. Alors bien sûr, il y a beaucoup d’artistes qui mériteraient de s’y trouver mais qui n’y sont pas (Razorlight, Within Temptation,  Fun, Alicia Keys …) tout simplement parce que je les écoute morceau par morceau davantage qu’album par album (l’inconvénient/avantage de la musique sur l’iPod).  Alors je clos cet article en vous promettant un TTT futur sur les 10 artistes musicaux qui m’inspirent le plus… Tout un programme, je vais vous demander un peu de temps pour me pencher sur la question d’ailleurs parce qu’il y en a un paquet…

Comme des frères : parmi les films de 2012 qu’il ne faut pas manquer

Salut à tous !

Alors voilà, un petit article pour aborder un sujet que je n’ai pas traité depuis looooongtemps : parlons cinéma !

Oui, j’admets, ce n’est pas la catégorie dans laquelle je suis la plus à l’aise, ne serait-ce que parce que je n’ai pas grand chose d’une cinéphile, mais parfois, il y a des films comme ça qu’on a tellement aimé qu’on aimerait que le monde entier les regarde !

Eh bien, j’ai été voir il y a un peu plus d’une semaine ce film merveilleux signé Hugo Gélin qui s’intitule Comme des frères. Les têtes d’affiche : François-Xavier Demaison, Pierre Niney (de la Comédie Française), le merveilleuxmagnifiquegénialissime Nicolas Duvauchelle et Mélanie Thierry. Cet article, donc, pour vous prouver que c’est un film à ne pas manquer, et à apprécier sans modération !!

https://i0.wp.com/images.torrentfrancais.com/o/od3yffixf9zdr1hsmz6ur4tnkmhw5m.jpg

L’histoire de Comme des frères, c’est celle de trois hommes très différents qui décident d’honorer le dernier souhait de leur amie commune décédée, Charlie, en entreprenant à trois un voyage qu’elle avait souhaité qu’ils fassent tous les quatre. Ils ne s’apprécient pas plus que ça, se connaissent superficiellement, et sans Charlie, ils ont l’impression que plus rien ne les lie. Pourtant, ce voyage sera l’occasion pour eux de surmonter son décès ensemble, comme des frères.

Avec Camille redouble, je classe ce film parmi mes coups de coeur de l’année 2012 (même si quelques chefs d’oeuvre restent encore à sortir…….. Comme le Hobbit par exemple !!!). C’est merveilleux comme ces films qui semblent si tristes et déprimants peuvent s’avérer être de véritables sources de bonheur…

Comme des frères, c’est l’histoire d’hommes qui apprennent à se connaître et à s’apprécier malgré leur détresse, leurs différences et leurs rivalités. C’est l’histoire de comment on survit à la mort de quelqu’un qu’on aime, et comment on fait pour se débrouiller sans elle (Charlie leur lance ironiquement au début du film « Vous êtes un petit peu perdus sans moi », ça résume assez bien leur état d’esprit au moment de sa mort). C’est l’histoire de comment la vie peut continuer, comment on avance en acceptant l’absence de cette personne.

Jusque là, tout ça ne vous paraît pas très joyeux, mais rassurez-vous, ce n’est pas un film à mouchoirs (bon ok, un peu, mais pas trop), et on rit autant qu’on pleure d’une scène à l’autre.

Alors, pourquoi ce film est-il si génial ?

D’abord et surtout pour son casting formidable. Le trio a une excellente alchimie, ils se complètent et s’appuient les uns sur les autres avec beaucoup de naturel. Ai-je vraiment besoin de préciser à quel point ils jouent tous aussi bien les uns que les autres ? Ce en incluant Mélanie Thierry, dont l’interprétation de la jeune femme condamnée est parfaitement juste… Avec quand même, ok, j’avoue, une mention spéciale pour mes deux favoris, Nicolas Duvauchelle qui est absolument parfait, et Pierre Niney que décidément, j’adore.

Le scénario du film se tient tout à fait. Il alterne avec beaucoup de finesse les moments de répit et les passages dynamiques, les moments de tristesse ou de douleur avec la bonne dose d’humour dans la scène suivante. Les souvenirs des personnages sont racontés rétrospectivement, depuis le jour de l’enterrement jusqu’au jour où Charlie les a présentés les uns aux autres, ce qui permet au spectateur de mieux connaître les personnages au fur et à mesure que eux apprennent à s’apprécier. Idem avec Charlie, qui apparaît à mesure que tous les trois se replongent dans leurs souvenirs tout le long du voyage. Il est d’ailleurs assez étrange, et plutôt bien fait, qu’on ne se rende compte d’à quel point elle était importante pour eux qu’à mesure qu’ils se remettent de leur perte. Bref, on les aime, on les comprend, sans pitié et sans pathos excessif (d’ailleurs on ne sait à aucun moment de quoi Charlie est morte !).

Et comment, comment parler de ce film magnifique sans mentionner sa merveilleuse bande originale ? Signée Revolver (s’il vous plaît !), elle apporte à l’ambiance tendre mais triste du scénario une dimension encore plus sensible. L’univers musical de Revolver se prête parfaitement à son atmosphère, sans parler du choix des chansons dont les paroles sont parfois plus qu’adaptées (Parallel Lives, haha). Quand je suis sortie, je n’ai pas pu résister à me repasser en boucle leur merveilleux dernier album Let Go (et puis le premier aussi, tant qu’on y est !).

Les très belles images des décors de campagne, de grands espaces vides subliment le message du film, et tout ça dans un coktail d’émotions contradictoires pour nous dire que finalement, la vie continue, même si on a le droit d’en pleurer autant qu’on veut.

Alors pourquoi aller voir Comme des frères ? Parce que c’est un film sensible et tendre, drôle et triste, profondément touchant sans drame ou larmoiements excessifs dont on ressort avec de l’espoir et une certaine paix intérieure.

Pour ma part, c’est le genre de film qui fait beaucoup de bien car il permet de faire la paix avec soi-même le temps de deux heures, et peut-être même d’apaiser de vieilles blessures encore douloureuses.