Top Ten Tuesday : 10 livres à la couverture bleue

icône top ten tuesday

Rendez-vous hebdomadaire créé par The Broke and the Bookish, l’édition française du Top Ten Tuesday est désormais gérée par Frogzine. Chaque semaine, un thème commun est défini et chaque participant propose une liste de 10 livres pour l’illustrer.

 

Cette semaine, l’intitulé du thème était « 10 livres à la couverture bleue que vous avez lus ou aimeriez lire ». Je me suis limitée à ceux que j’ai lu, parce qu’il y en a déjà un paquet ! Au début, je n’en avais que 2 ou 3 en tête, mais en fouillant dans ma bibliothèque sur Livraddict, surprise, surprise… J’en ai trouvé 31 !! Dur dur, de choisir…

Lire la suite

Publicités

10 livres qui font partie de moi au quotidien

« Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. 

Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog d’Iani. « 

icône top ten tuesday

Oui ça fait un petit moment maintenant que je n’ai pas posté, vous m’en voyez désolée, mais les semaines filent à une telle vitesse que j’ai du mal à m’organiser durablement.

 Ce qui est marrant avec ce TTT, c’est que j’ai eu envie de le faire il y a déjà deux semaines. Sauf que quand je suis fatiguée et stressée, je procrastine. Donc je ne l’ai pas fait sur le moment, en me disant « bientôt mes congés de Noël, j’en profiterai à ce moment-là ».

Et puis il y a trois jours, le challenge suivant a circulé sur Facebook :

« Rules : In your status line, list 10 books that have stayed with you in some way. Don’t take more than a few minutes and don’t think too hard – they don’t have to be the « right » or « great » works, just the ones that have touched you. Tag 10 friends, including me, so I’ll see your list. »

Deux de mes amies m’ont taguée. C’est marrant, les coïncidences…

Alors voilà. J’aurais pu faire le challenge directement sur Facebook, mais comme j’avais déjà commencé une liste ici, j’ai préféré la continuer, histoire de faire les choses bien.

Donc, pour les non-anglophones, voici ce en quoi consiste le challenge : « Dans votre statut, dressez une liste de 10 livres qui vous ont accompagné jusqu’à aujourd’hui d’une manière ou d’une autre. N’y réfléchissez pas plus de quelques minutes et ne vous creusez pas trop la tête — il ne s’agit pas de lister les « bonnes » ou « grandes » oeuvres, juste celles qui vous ont touché. Taguez 10 amis dont moi, pour que je voie votre liste. »

1. Le Petit Prince / Antoine de Saint-Exupéry

Parce que « l’essentiel est invisible pour les yeux » et que « si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Tu seras pour moi unique au monde, je serai pour toi unique au monde« .

2. Harry Potter / J.K. Rowling

Comment dire… Quand une oeuvre prend sept années de votre vie pour se construire, et que vous vous construisez avec, ça ne vous lâche jamais vraiment.

3. Les fleurs du mal / Charles Baudelaire

La preuve par douze qu’on peut faire des découvertes incroyables aussi grâce au système scolaire.

4. Roméo et Juliette / Shakespeare

Bon, ce n’est pas exactement ma pièce préférée de Shakespeare (Le songe d’une nuit d’été reste imbattable et j’adore aussi MacBeth), mais je crois qu’on peut dire que c’est celle sur laquelle je trouve toujours le plus de choses à dire. Plus j’en parle et plus mon opinion change et se précise !

5. La balade de Lila K. / Blandine Le Callet

Ce livre a été une révélation pour moi. Je ne l’ai découvert que récemment, mais j’ai été profondément touchée par la justesse des sentiments qu’il transmet.

6. Angel Sanctuary / Kaori Yuki

Je crois qu’on peut dire que cette série ne me quittera jamais. C’est ma plus grande source d’inspiration.

7. Silverwing / Kenneth Oppel

J’ai partagé tellement de choses autour de ce livre…

8. Eragon / Christopher Paolini

 Le livre qui m’a fait réaliser que moi aussi, j’avais le droit d’écrire et d’inventer et de vouloir être auteur un jour. (Pour ceux qui ne sauraient pas, la légende veut que Christopher Paolini ait terminé la première version de cette histoire à 16 ans).

9. Perdu ! / Antonin Louchard

J’avais complètement oublié l’existence de cet album jusqu’au jour où on m’en a parlé en cours de lecture à voix haute. Pour les souvenirs d’enfance qu’il a réveillés, cet album mérite d’être cité ici.

« La lune est là, la lune luit et René, lui, lit dans son lit ». C’est fou comme il y a des phrases qui sont gravées au marbre dans votre tête. Il y a eu comme un déclic quand je l’ai à nouveau entendue prononcée à haute voix plus de dix ans après…

10. [Toutes ces histoires que vous ne connaissez pas et que vous ne connaîtrez probablement jamais et qui m’habitent constamment]

La plupart, on ne peut pas vraiment dire que ce sont des « livres » puisque je ne les couche même pas par écrit. Mais le flux de mon imagination est constant (comme chez tout le monde, j’espère, sinon la vie de tout le monde doit être bien triste), et je mets énormément de moi dans les quelques idées que je couche par écrit. Parfois, de vieilles idées resurgissent dix ans après que je les ai eues pour la première fois…

Voilà, un TTT pour lequel j’ai encore triché puisque mon numéro dix n’est pas un livre ! Mais j’aurais pu faire encore pire, parce qu’il y a une oeuvre musicale dont je n’ai jamais parlé jusqu’ici et à laquelle je me réfère tout le temps : Emilie Jolie. « Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve ». Je pense presque tous les jours à cette phrase, quinze ans après l’avoir entendue pour la première fois.

Retour en enfance : Silverwing de Kenneth Oppel

Bonjour à tous !

Je suis désolée pour mon manque de régularité ces derniers temps, mais bon, je suppose que vous êtes au courant : période de partiels, de remise des dossiers, blablabla…

Il n’empêche que, débordée ou non, j’ai quand même eu l’occasion de faire pas mal de choses ces temps-ci. Notamment vadrouiller sur Internet, le matin (oui, vous avez bien entendu, j’ai fait des progrès dans mes retards systématiques et mes pannes de réveil… Qui ont été bien moins nombreuses cette année, je tiens à le préciser !), quand j’ai l’immense satisfaction d’être en avance et que je suis trop déprimée à l’idée de la journée que je vais devoir affronter (oh oui, mes profs sont de terribles dragons sanguinaires qui n’auront jamais de cesse que de nous épuiser jusqu’à ce que nous ayons versé notre dernière goutte de sueur… ) pour être suffisamment raisonnable pour m’avancer dans mon travail. Alors voilà, je fais le tour de Youtube, j’erre un peu au hasard d’une vidéo à l’autre jusqu’à dégotter une petite perle au milieu des bêtises… Et voilà qu’une faute de frappe bienheureuse m’a permis de dégotter le premier épisode d’un dessin animé canadien, intitulé…  Silverwing ! J’admets avoir regardé les deux premiers épisodes en plein petit déjeuner, c’est fou ce que j’ai eu l’impression de retomber en enfance…

Pour ceux d’entre vous à qui « Silverwing » ne dit rien, j’ai décidé de pallier ce cruel manque de culture générale en écrivant un article sur l’un des romans qui m’ont le plus marquée lors de mes années collège (le bon vieux temps où je n’avais rien d’autre à faire de mes récrés que lire, haha !). J’ai nommé Silverwing, du génial Kenneth Oppel.

https://i0.wp.com/multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/8/4/8/9782747004848.jpg

Silverwing est un roman pas comme les autres. Pour commencer, quand on lit le résumé, on est un peu surpris par la description des personnages qui est faite en quatrième de couverture : ce sont des chauves-souris ! En fait, on nous parle surtout d’une colonie particulière de chauves-souris, celle des Ailes d’Argent (Silver Wing en anglais), et de l’un de ses membres, le jeune et intrépide Ombre.

Celui-ci n’est pas une chauve-souris comme les autres : orphelin de père, il a toujours été  un peu trop chétif pour son âge, à tel point qu’il ignore s’il sera capable de survivre à la prochaine migration, et à tel point que les jeunes chauves-souris de son âge ne se privent pas de lui rappeler à quel point il est physiquement peu semblable à eux. Et voilà que par défi, après une énième dispute avec ses camarades, Ombre décide de prouver son courage en bravant la loi suprême qui régit la vie de la colonie : attendre l’aube pour pouvoir voir le soleil !

Malheureusement pour lui, les conséquences de sa bravoure seront terribles, pour lui et pour les autres membres de la colonie, et voilà Ombre lancé dans un périple qui dépasse ses faibles forces de petite chauve-souris à la recherche de sa place dans un monde pas toujours très accueillant…

L’histoire est peu commune, la traduction est excellente et Kenneth Oppel est un génie. Que dire de plus pour vous convaincre de vous lancer dans la lecture des trois tomes de la série ? A Silverwing succèdent Sunwing et Firewing. Maintenant que j’ai repris goût à l’histoire grâce à l’adaptation en dessin animé, je n’ai qu’une envie : relire chaque tome de bout en bout ! Si ce n’est pas déjà fait, je vous recommande de courir à la bibliothèque la plus proche pour l’ôter du rayon jeunesse le plus vite possible. Ce livre a vraiment été une découverte et une révélation pour moi à l’époque, d’autant plus que j’en avais partagé la lecture avec mon meilleur ami (valeur sentimentale oblige aussi). J’étais en quatrième et j’ai toujours autant envie de le relire, j’ai toujours autant de goût pour l’histoire et je suis toujours aussi dingue de ses personnages… et de leur auteur ! De lui, j’ai également lu Fils du ciel et Brise-ciel, ainsi que La Cité de l’eau noire. Je n’ai jamais été déçue : Oppel est vraiment un excellent auteur jeunesse, ses histoires comme ses personnages sont riches, complets, complexes. Parfois, il y a certaines subtilités dans les caractères des personnages mûrs des histoires qu’on a du mal à comprendre en tant qu’enfant, mais comme c’est également un enfant qui vit l’histoire, on n’est pas largué dans ses incompréhensions, et on mûrit souvent en même temps que le personnage principal, au fil des pages.

Vous êtes encore là ? Mais qu’est-ce que vous attendez pour foncer l’acheter ou l’emprunter, bande de feignants !

PS : Vous vous demandez toujours d’où vient mon pseudo ?