C’est lundi ! Que lisez-vous ? (11)

Icône c'est lundi que lisez-vous

C’est lundi que lisez-vous ? est un rendez-vous hebdomadaire initié par Mallou qui s’est inspirée de It’s Monday, What are you reading ? par One Person’s Journey Through a World of Books. C’est aujourd’hui Galleane qui centralise le rendez-vous. Pour participer, il faut répondre à 3 questions : qu’a-t-on lu la semaine passée ? Qu’est-on en train de lire ? Que va-t-on lire ensuite ?

Un lundi ensoleillé pour bien démarrer une nouvelle semaine de lectures ! J’ai passé un week-end prolongé sur la plage par 30°, il faisait chaud, j’ai bien cramé, mais c’était incroyable de retrouver la chaleur, le soleil, le ciel bleu, le sable chaud… Enfin, l’été quoi 😉 De retour dans mon petit chez moi après cette parenthèse littorale, c’est l’heure de faire mon petit bilan hebdomadaire de lectures… Et vous, que lisez-vous ?

Lire la suite

Publicités

Coups de coeur 2015 : Phobos de Victor Dixen

Parmi mes meilleures lectures de 2015 figure l’excellente série Phobos du francophone Victor Dixen. Publiée chez Robert Laffont, dans la collection R, elle est faite d’un savant mélange entre science-fiction, anticipation et thriller. Personnages charismatiques, histoires de coeur chaudes-bouillantes, et surtout intrigue dopée au suspense, voici les trois ingrédients qui font de cette série une réussite. Amateurs de dystopies, vous ne pouvez pas passer à côté de ce phénomène !

Lire la suite

Le grand voyage de mademoiselle Prudence

Dans la catégorie des albums jeunesse que j’ai adoré faire en animation, je vous présente Le grand voyage de Mademoiselle Prudence, de Charlotte Gastaut.

Le grand voyage de Mademoiselle Prudence / Charlotte Gastaut. – Flammarion, 2010

Dans cet album, une petite fille intrépide nommée Prudence rêve. Sa mère a beau l’appeler, lui dire de se dépêcher, lui rappeler qu’il faut être gentille, elle ne l’écoute que d’une oreille et préfère se laisser happer par son imagination.

Vous ne trouverez de texte que sur les premières et la dernière page. Le voyage de Prudence se déroule sur des double-pages colorées, avec des petites fenêtres ou qui se superposent en transparence, complètement émancipées du récit. C’est un album qui se montre et qui se regarde plus qu’il ne se raconte, et c’est ce qui fait toute sa poésie.

Outre la qualité des illustrations de Charlotte Gastaut, les images sont très riches en détails et le personnage de mademoiselle Prudence est délicieusement intrépide.

En lecture individuelle, en accompagnant un enfant qui parcourrait cet album , on pourra inviter le jeune lecteur à prêter une attention particulière à tous les détails. C’est également intéressant de présenter cet album en lecture collective sur un fond musical pour varier le contenu d’une animation et aménager un temps où les enfants peuvent s’immerger eux-mêmes dans un récit de leur propre interprétation… l’intérêt étant de leur donner envie de regarder à nouveau l’album pour aller à la pêche aux détails qui leur auraient échappé pendant l’animation.

En lecture collective, préférez une tranche d’âge qui n’aura pas de mal à se laisser emporter par la poésie des images : ce n’est pas forcément un album qui conviendra pour une animation avec une classe de maternelle. En revanche, les 5 à 8 ans seront plus aptes à s’approprier l’histoire.

Lors de notre animation (classe de CE1), voici le fond musical que nous avions choisi :

Il s’agit donc de lire les premières pages (la mère qui appelle sa fille, l’assène de consignes pas marrantes) puis, quand Prudence cesse d’écouter et que le texte disparaît, on peut lancer la musique. Attention à trouver un bon rythme pour tourner les pages : surtout pas trop vite (pour laisser le temps au public d’avoir un aperçu des détails des images), mais pas trop lentement non plus (au risque de perdre la concentration de votre public). Vous pouvez vous caler sur les thèmes de la musique que vous aurez choisi (ce que nous avons fait avec ce morceau) pour déterminer votre vitesse de démonstration… Et il faudra surtout être attentif à l’attitude de votre public !

Lors de notre animation dans cette classe, nous avons également raconté et montré…

Tu lis où ? / Géraldine Collet et Magali Le Huche. – Glénat, 2009 (P’tit Glénat)

Ma jungle / Antoine Guilloppé. – Gautier-Languereau, 2012

Brindille / Rémi Courgeon. – Milan, 2012

Cherche figurants / Michaël Escoffier et Jean-François Dumont. – Kaleidoscope, 2011

Popville / Anouck Boisrobert et Louis Rigaud. – Helium, 2009

Les robots n’aiment pas l’eau / Philippe Ug. – Les Grandes Personnes, 2013

Je ne peux que vous inviter à découvrir plus avant l’univers de Charlotte Gastaut, qui a publié de magnifiques albums, notamment des contes (dont une version remarquable du Lac des Cygnes et récemment une belle adapatation de L’oiseau de feu).

L’oiseau de feu / Charlotte Gastaut d’après Igor Stavinsky. – Amaterra, 2014

Le lac des cygnes / Charlotte Gastaut d’après Tchaïkovsky. – Amaterra, 2012

Top Ten Tuesday : 10 livres pour se mettre dans l’ambiance de Noël

icône top ten tuesday

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini.

Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog d’Iani.

Cette semaine, le thème choisi était : 10 livres pour se mettre dans l’ambiance de Noël…

1. Michka / Marie Colmont et Olivier Tallec. – Flammarion, 2011 (Les albums du Père Castor)

Une réédition remise au goût du jour et en grand format du conte de Marie Colmont, publié pour la première fois en 1991. L’histoire d’un petit ourson maltraité par une petite fille trop gâtée qui décide de prendre la poudre d’escampette le jour de Noël et qui va découvrir que parfois, rendre heureux vaut de renoncer à une liberté solitaire.

2. Jour de neige / Delphine Chedru. – Autrement jeunesse, 2013.

Un album poétique sans paroles qui met en scène une journée d’hiver silencieuse sous son manteau de neige… Du même auteur, et qui évoque plus spécifiquement Noël, il y a aussi Le Sapin (paru en 2008 chez Naïve).

3. L’écureuil et la première neige / Sebastian Meschenmoser. – Minedition, 2009

L’histoire des animaux de la forêt qui luttent contre leur envie d’hiberner pour voir enfin à quoi ressemble la neige… Tout ce qu’ils savent, c’est que c’est blanc, doux et froid. Alors, comment faire la différence entre une plume, une chaussette et un flocon ?

4. Casse-noisette / Claude Clément. – Seuil jeunesse, 2013

Un très bel album grand format, très coloré qui adapte le ballet de Tchaïkovsky à la manière d’un conte pour les enfants à partir de 5 ans. L’histoire de Clara qui reçoit pour Noël un drôle de Casse-noisette aux biens étranges pouvoirs…

5. Le Petit Prince / Antoine de Saint-Exupéry. – Gallimard

Noël, moment de partage, est l’occasion idéale pour ressortir ce classique de la littérature jeunesse qui fait honneur à l’imagination tout en poétisant les valeurs humaines qui fondent le bonheur.

6. La passe-miroir, tome 1 : Les fiancés de l’hiver / Christelle Dabos. – Gallimard, 2013

Bien que pas directement lié à Noël, l’atmosphère hivernale dans laquelle se déroule ce roman se prête très bien à un mois de Décembre…

7. A comme Association, tome 4 : le subtil parfum du soufre / Pierre Bottero. – Rageot & Gallimard, 2011

Le quatrième tome de la série coécrite par le regretté Pierre Bottero et son complice Erik L’Homme. Dans ce volume, Ombe lutte avec sa solitude tout en tentant de découvrir le secret de ses origines… Jasper et elle se préparent à passer chacun un Noël solitaire de leur côté. Le roman s’achève en point d’orgue sur un portrait singulier de ces personnages un peu marginaux et très seuls…

8. Harry Potter / J.K. Rowling. – Gallimard

Harry Potter à l’école des sorciers / J. K. Rowling. – Gallimard, 2011 (Folio Junior)

Dans chaque tome d’Harry Potter figure une scène de Noël qui, dans ce décor de sorcellerie et de château, frise le merveilleux. Mention spéciale au tout premier tome (quand Harry reçoit sa fameuse cape d’invisibilité) et au quatrième avec le fabuleux bal de Noël du Tournoi des Trois Sorciers.

9. Des livres de cuisine…

     

Rien de tel que de se pencher sur les livres de cuisine (ou les magazines) aux couleurs de fête pour faire germer plein d’idées originales pour agrémenter ses repas de Noël. C’est valable aussi pour les livres et magazines de loisirs créatifs et de déco qui se parent tout autant de couleurs chatoyantes à l’approche des fêtes de fin d’année.

10. Le dernier hiver / Jean-Luc Marcastel. – Hachette, 2011 (Black Moon)

Le dernier hiver / Jean-Luc Marcastel. – Hachette, 2013 (Le livre de poche)

Une histoire d’amour sur fond de neige… Que je n’ai pas encore lue, mais qui trône dans ma PAL depuis déjà bien trop longtemps !

10 livres qui font partie de moi au quotidien

« Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. 

Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog d’Iani. « 

icône top ten tuesday

Oui ça fait un petit moment maintenant que je n’ai pas posté, vous m’en voyez désolée, mais les semaines filent à une telle vitesse que j’ai du mal à m’organiser durablement.

 Ce qui est marrant avec ce TTT, c’est que j’ai eu envie de le faire il y a déjà deux semaines. Sauf que quand je suis fatiguée et stressée, je procrastine. Donc je ne l’ai pas fait sur le moment, en me disant « bientôt mes congés de Noël, j’en profiterai à ce moment-là ».

Et puis il y a trois jours, le challenge suivant a circulé sur Facebook :

« Rules : In your status line, list 10 books that have stayed with you in some way. Don’t take more than a few minutes and don’t think too hard – they don’t have to be the « right » or « great » works, just the ones that have touched you. Tag 10 friends, including me, so I’ll see your list. »

Deux de mes amies m’ont taguée. C’est marrant, les coïncidences…

Alors voilà. J’aurais pu faire le challenge directement sur Facebook, mais comme j’avais déjà commencé une liste ici, j’ai préféré la continuer, histoire de faire les choses bien.

Donc, pour les non-anglophones, voici ce en quoi consiste le challenge : « Dans votre statut, dressez une liste de 10 livres qui vous ont accompagné jusqu’à aujourd’hui d’une manière ou d’une autre. N’y réfléchissez pas plus de quelques minutes et ne vous creusez pas trop la tête — il ne s’agit pas de lister les « bonnes » ou « grandes » oeuvres, juste celles qui vous ont touché. Taguez 10 amis dont moi, pour que je voie votre liste. »

1. Le Petit Prince / Antoine de Saint-Exupéry

Parce que « l’essentiel est invisible pour les yeux » et que « si tu m’apprivoises, ma vie sera comme ensoleillée. Tu seras pour moi unique au monde, je serai pour toi unique au monde« .

2. Harry Potter / J.K. Rowling

Comment dire… Quand une oeuvre prend sept années de votre vie pour se construire, et que vous vous construisez avec, ça ne vous lâche jamais vraiment.

3. Les fleurs du mal / Charles Baudelaire

La preuve par douze qu’on peut faire des découvertes incroyables aussi grâce au système scolaire.

4. Roméo et Juliette / Shakespeare

Bon, ce n’est pas exactement ma pièce préférée de Shakespeare (Le songe d’une nuit d’été reste imbattable et j’adore aussi MacBeth), mais je crois qu’on peut dire que c’est celle sur laquelle je trouve toujours le plus de choses à dire. Plus j’en parle et plus mon opinion change et se précise !

5. La balade de Lila K. / Blandine Le Callet

Ce livre a été une révélation pour moi. Je ne l’ai découvert que récemment, mais j’ai été profondément touchée par la justesse des sentiments qu’il transmet.

6. Angel Sanctuary / Kaori Yuki

Je crois qu’on peut dire que cette série ne me quittera jamais. C’est ma plus grande source d’inspiration.

7. Silverwing / Kenneth Oppel

J’ai partagé tellement de choses autour de ce livre…

8. Eragon / Christopher Paolini

 Le livre qui m’a fait réaliser que moi aussi, j’avais le droit d’écrire et d’inventer et de vouloir être auteur un jour. (Pour ceux qui ne sauraient pas, la légende veut que Christopher Paolini ait terminé la première version de cette histoire à 16 ans).

9. Perdu ! / Antonin Louchard

J’avais complètement oublié l’existence de cet album jusqu’au jour où on m’en a parlé en cours de lecture à voix haute. Pour les souvenirs d’enfance qu’il a réveillés, cet album mérite d’être cité ici.

« La lune est là, la lune luit et René, lui, lit dans son lit ». C’est fou comme il y a des phrases qui sont gravées au marbre dans votre tête. Il y a eu comme un déclic quand je l’ai à nouveau entendue prononcée à haute voix plus de dix ans après…

10. [Toutes ces histoires que vous ne connaissez pas et que vous ne connaîtrez probablement jamais et qui m’habitent constamment]

La plupart, on ne peut pas vraiment dire que ce sont des « livres » puisque je ne les couche même pas par écrit. Mais le flux de mon imagination est constant (comme chez tout le monde, j’espère, sinon la vie de tout le monde doit être bien triste), et je mets énormément de moi dans les quelques idées que je couche par écrit. Parfois, de vieilles idées resurgissent dix ans après que je les ai eues pour la première fois…

Voilà, un TTT pour lequel j’ai encore triché puisque mon numéro dix n’est pas un livre ! Mais j’aurais pu faire encore pire, parce qu’il y a une oeuvre musicale dont je n’ai jamais parlé jusqu’ici et à laquelle je me réfère tout le temps : Emilie Jolie. « Faites que le rêve dévore votre vie, afin que la vie ne dévore pas votre rêve ». Je pense presque tous les jours à cette phrase, quinze ans après l’avoir entendue pour la première fois.

Les 10 personnages les plus énervants

« Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. 

Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français sur le blog d’Iani. « 

 icône top ten tuesday

Le thème de cette semaine : les 10 personnages les plus énervants

  1. Joffrey Baratheon (Le Trône de Fer)

 

Qui n’a pas envie de se repasser mentalement en boucle le moment magistral où le merveilleux Tyrion met une magistrale claque à son neveu psychopathe, sociopathe et mégalomane ? Ce dégénéré est typiquement l’exemple du « monarque absolu de droit divin » et dans le même temps de la dégénérescence d’une lignée royale. Dans l’Histoire, c’est cette prise de conscience d’un sang dégénéré qui mène au Régicide : mais vivement que cette pourriture de gamin se fasse « régicider » !

  1. Elena (Le Journal d’un Vampire)

J’ai détesté l’Elena du livre (j’insiste parce que celle de la série, elle est un peu mieux…). A tel point que je n’ai même pas fini ce livre. Cette cruche (oui, je trouve qu’elle fait partie des pires cruches que l’histoire de la bit lit pour ado ait portées, même Bella m’énerve beaucoup moins, sans doute parce que je m’identifie plus volontiers à l’indécise pleine de culpabilité qu’à une hypocrite de service, enfin c’est comme ça que je l’ai ressentie !) n’arrête pas d’être méchante, plus peste (enfin presque) que Caroline, et la pauvre Bonnie dans tout ça se fait traiter un peu comme la dernière des potiches. Bref, vous l’aurez compris, j’ai détesté ce bouquin.

  1. Dolores Ombrage (Harry Potter)

La justification va de soi, non ? Catégorie « psychopathe », rubrique « fasciste débile », j’ai nommé cette gourde machiavélique qui prend un plaisir malsain à faire de la vie de ses élèves un véritable enfer…

  1. Fernand (La balade de Lila K.)

Pour ceux qui ne l’auraient pas lu, sachez que Fernand est à peu de choses près le tuteur de Lila dans une société où tout est contrôlé. Il passe son temps à essayer de faire d’elle une fille raisonnable, bien « dans le moule » et « dans le rang », sans jamais-surtout pas, pensez vous !- s’abaisser à essayer de la comprendre et d’admettre qu’elle n’est pas comme tout le monde. Il passe en fait plus de temps à se préoccuper de ce qu’on dit d’elle et de la sauvegarde de sa fausse identité de Madame Toutlemonde (il n’est pas dupe pourtant) qu’à essayer de la rendre heureuse. L’homme raisonnable (et franchement énervant !) par excellence…

  1. Cornelius Fudge (Harry Potter)

Un des pires boulets de l’histoire de la littérature. C’est quand même cet abruti qui préfère être aveuglé d’amour-propre que de protéger le peuple qu’il est censé régir ! Bref, la mauvaise foi et l’incompétence (et la bêtise) incarnées.

  1. Boromir (le Seigneur des Anneaux)

(Sean Bean *o*)

Le plus énervant chez lui, c’est qu’en fait, il est plutôt sympathique dans le fond. C’est un brave gars complètement pris en épingles entre son père le tyran et son frère le malheureux. Tiraillement qui le rend faible et soumis au pouvoir de l’Anneau. Même si sa fin, rachète son honneur, j’ai été extrêmement énervée par sa faiblesse d’esprit, ce d’autant plus parce que jusque là, je l’aimais beaucoup.

  1. Anita (Anita Blake, tueuse de vampires) 

Anita Blake est LE stéréotype de l’héroïne de bit-lit : forte, indépendante, ne se laisse pas marcher sur les  pieds, tout ça en sachant être belle et compétente en plus d’avoir des pouvoirs insoupçonnés. Jusque là, bon, tout va bien. Mais plus on avance dans la saga et plus on a envie de lui hurler à l’oreille d’arrêter d’emmerder le monde. Son mauvais caractère donne vraiment envie de lui mettre deux claques par moment, c’est-à-dire, en fait… oh, à peu près toutes les cinq pages ! Même si ses répliques sont marrantes, sérieux, qu’est-ce que c’est que ces pseudo-questions existentielles et valeurs pieuses… (enfin ça c’est vraiment plus la faute de l’incohérence de l’auteur dans la création du personnage que du personnage en lui-même). Pourtant, malgré son sale caractère, dans le fond je l’aime bien. J’ai juste mes moments de  «Compromis, tu connais pas ?» (et au cas où vous vous poseriez aussi la question… la réponse est non !).

  1. Royal (L’assassin royal)

Du même ordre que Joffrey, à peu près. Un autre gamin trop gâté biberonné au luxe et à la mégalomanie par sa maman. Il se donne tellement plus de mal pour mettre des bâtons dans les roues de ses frères et de Fitz, plutôt que de s’occuper de gérer (autrement qu’en les dilapidant) les richesses de son royaume, que c’en est écœurant. Joffrey n°2, en effet… Sauf que lui il n’a pas l’excuse d’avoir treize ans : c’est bien un adulte, il est juste d’une immaturité et d’un égoïsme à vomir.

  1. Alice (Alice au Pays des Merveilles)

 

Autant j’adore l’œuvre de Caroll, autant j’ai envie de lui demander s’il était obligé de faire une petite fille aussi navrante. Pas méchante pour deux sous, la pauvre ! Elle découvre juste qu’il existe autre chose que son petit monde de confort et de bienséance, et le processus d’adaptation est long, très long, et douloureux… y compris pour le lecteur !

    10. Polémic et Mortepierre (Percevan)

Les deux plus gros boulets, les plus insupportables de la galaxie ! Deux espèces de guignols qui n’aiment rien plus que de mettre le nobles, merveilleux et magnifique héros de cette BD dans les pires situations imaginables. Le Polémic est un serviteur stupide, niaiseux et qui n’hésiterait pas un seul instant à tirer la couverture à lui s’il le pouvait. Et puis qu’est-ce qu’il est laid ! C’est vraiment un personnage répugnant (même le monstre Shyloch’ ne m’effraie pas autant…). Il faut dire que son crétin de baron ne l’arrange pas non plus, à le frapper, l’insulter et le ridiculiser à chaque occasion. Ce type (très laid, et pas plus noble que son titre) est une ordure de première, imbu de lui-même, mauvais avec tout le monde. Bref, une bonne paire de méchants bien énervants ! (je les ai mis tous les deux parce qu’on ne les voit jamais l’un sans l’autre).